20100505_mundusimaginalis_118©Frédéric Iovino

Mundus Imaginalis

Création 2010 pour 5 danseurs, pour musées et lieux de patrimoine

20100505_mundusimaginalis_157 Plus que chorégraphe, Carolyn Carlson se définit comme une artiste visuelle. Sa poésie est inspirée par des oeuvres plastiques et picturales, et par l’atmosphère des lieux et les énergies qu’ils dégagent. En dansant avec ses interprètes un cycle de grand format destiné à être diffusé et réinventé dans les musées, galeries et lieux de patrimoine, elle donne à voir avec Mundus imaginalis sa source créatrice : la pièce met en danse, en corps et en mouvements des tableaux, des sculptures, des vidéos, des installations contemporaines, des architectures.

Comme références : Magritte, Zao Wou-Ki, Anselm Kiefer, Joseph Beuys, Egon20100505_mundusimaginalis_261 Schiele, Rothko, Van Gogh, Warhol, Rauschenberg, Jackson Pollock, Picasso, Matisse… mais aussi les expositions et la singularité des lieux dans lesquels la pièce est en tournée. Chaque représentation sera donc unique, fonction de son environnement, toujours différent.

 

Interaction entre la danse, les oeuvres, les lieux et le public

DSC_5714Carolyn Carlson a eu l’idée de Mundus imaginalis grâce à l’événement emblématique qu’elle a conçu au Grand Palais en 2007 autour des sculptures d’Anselm Kiefer. Les Nocturnes au Louvre réalisées sous sa direction en mars 2010 en sont également une forme de préfiguration. Elle aime le rapport direct au public, les improvisations hors cadre.

20100505_mundusimaginalis_476

Le travail chorégraphique est réalisé par Carolyn Carlson avec cinq danseurs connaissant tous à la perfection son mouvement et son processus de composition. Ensemble, ils créent les fondements du projet en studio, puis adaptent chaque représentation au lieu au cours d’une résidence de création de quelques jours.


chorégraphie | Carolyn Carlson en complicité avec les danseurs
interprètes | Chinatsu Kosakatani, Céline Maufroid, Sara Orselli, Jacky Berger, Yutaka Nakata, Dimitri La Sade, avec la participation dansée de Carolyn Carlson et d’un guest.

musiques | Michael Galasso (5 morceaux), Henry Purcell, Joachim Kühn, Walter Quintus, Peter Gabriel, enregistrement voix de Stephen Hawking, Alwin Nikolais, Nicolas de Zorzi (musique originale), Aleksi Aubry-Carlson (musique originale), Philip Glass

costumes | Chrystel Zingiro
assistée de | Emmanuelle Geoffroy, Elise Dulac et Colette Perray

lumières | Freddy Bonneau
accessoires | Fifi
directeur technique | Robert Pereira
assistant artistique | Henri Mayet
vidéo | Baptiste Evrard, en collaboration avec le lycée Jean Rostand et France 3

production | Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais
co-production | Le Colisée Théâtre de Roubaix
avec le soutien | de la Caisse d’Epargne Nord France Europe, du Musée de la Piscine, et d’ArtoisComm. Communauté d’Agglomération de l’Artois.

En hommage à Michael Galasso.

Durée | 30 à 45’ environ